Historique d'Oppede

Le nom d'Oppède "d'Oppeda" tient plus de la signification de l'agglomération ou village bien situé , enchâssé dans le Luberon. Un lieu ou on parquait les animaux , se protégeait contre voleurs et barbares au moment des invasions.

Pour enfin s'y installer définitivement probablement ou peut être dans les années 450/500 au moment de la fin de la Pax romana. Les habitants de la plaine du Calavon, en période d'invasion, ont fini par choisir une installation définitive dans ces lieux en hauteur et plus défensifs. Il y a eu ainsi construction d'un castrum de pierres et de bois dans lequel on pouvait se réfugier.  Oppède n'a jamais été une place forte Romaine. Il est possible qu'un petit lieu de culte  gallo Romain ait pu exister sur le plateau de Sainte Cécile sur l’emplacement en ruine de  la petite chapelle paléochrétienne. Ce plateau faisant partie d'Oppede mais situé hors du pied du Luberon plus en avant  au dessus de la Plaine de Calavon.  Cette gravure est  présentée par  l'académie du Vaucluse en 1975 et montre Oppède avec ses remparts en 1597.

Le Moyen âge à Oppède est largement décrit par Lucien GAP instituteur d'Oppede  en 1907.


On parle d'Oppède pour la première fois dans une charte de cartulaire de 1044 de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille. C'est la signature de Wanthelme d'Oppède, témoin d'une donation à l'abbaye par Bertrand, Comte de Forcalquier, qui donne corps au village d'Oppède.


L'histoire d'Oppède est décrite dans plusieurs ouvrages. D'illustres personnages sont des acteurs de l'histoire d'Oppède ; de Imbert d'Agoult, des comtes de Toulouse et de Forcalquier jusqu’à Raymond VI qui céda le village aux papes. Les moines de Montmajour en hériteront de la gestion ainsi que d'autres seigneurs sous l'autorité des papes pour finir avec la famille de Meynier (qui n'habitera jamais le château trop inconfortable). Dans cette période, l'épisode désastreux et ignominieux du massacre des Vaudois puis la suite des guerres de religions pour finir au déperchement de ce village qui dans ses plus belles heures comptait jusqu'à 1000 habitants.

Le village sera complètement déserté ou presque à l'exode rurale puis réoccupé par des artistes pendant la seconde guerre pour être partiellement préservé actuellement.  Cette histoire fait de ce village un site pittoresque incontournable à visiter et découvrir.






Le donjon d'Oppède, figure hiératique, surveille attentivement le pied du massif forestier du petit Luberon. Combien de fois, enfant et adolescent, j'ai passé l'arc et contemplé ce paysage magnifique.

Créé par Eric Bompuis